@Vtt : tonton Shimano !

Freins à disque Shimano XT (octobre 2000)

Dans la catégorie "j'ai bien observé les autres et je vais faire au moins aussi bien", les étriers comportent 4 pistons flottants, dont deux plus petits intervenant en premier : la progressivité du freinage est au rendez-vous, mais la puissance est en retrait par rapport aux Hayes ou Magura Louise.

Les durits sont de type "aviation" (gainées d'une tresse métallique et raccords coudés), mais si la protection (et le look) sont de mise, la peinture du cadre souffrira de cette coquetterie. Des protections en tissus sont disponibles... mais je ne vois plus l'intérêt des gaines métal !

Il est aujourd'hui acquis que ces freins sont conçus par Grimeca, dont le "System 8" ressemble comme une goutte d'eau aux XT. Les plaquettes sont d'ailleurs compatibles. Cela dit, la finition est, comme toujours, superbe et un "poil" au dessus. Shimano ne pouvait pas faire autrement que d'adopter le standard international pour la fixation des étriers (6 trous). Cannondale va bientôt se retrouver seul car même Formula adopte ce standard. Signe des temps, les nouvelles roues Mavic ne sont maintenant fournies qu'avec moyeux 6 trous (plus d'adaptateur).

Les leviers ressemblent fort aux versions V-Brake, et l'ergonomie est, à mon sens, idéale. Ils intègrent le vase d'expansion du liquide de frein qui, à l'instar des Magura Louise, sera constitué d'huile minérale : non corrosive et purges rares (type LHM pour Citroën). Les moyeux sont du genre "costaud", leur finition est superbe, mais les roulements sont à billes, avec cuvettes et tout le toutim. Ce n'est pas l'avènement de la modernité, mais il y a toujours des supporters...

Le prix avoisine les 1700 F (plus cher que les Louise) et il y a moins de 200 grammes d'écart entre un jeu de freins à disque XT et un ensemble V-Brake XT.

En descendant dans la gamme Deore, nous allons trouver le BR-M555, qui est une version hydraulique à deux pistons, contre quatre pour le XT. On note l'apparition de nouveaux moyeux, pour rayons droits, dont l'esthétique tranche avec la tradition Shimano (roulements annulaires ?).

Enfin, arrivée prochaine en bas de la gamme des Deore à câble, dont la conception est assez étrange. Ils sont évidemment dotés d'un seul piston mobile. Très volumineux et lourds, ils débordent beaucoup vers l'extérieur et demanderont un pilotage précis... pour ne pas arracher les pattes du cadre ou de la fourche ! Qu'on ne se méprenne pas sur l'illustration, ils ne sont pas, à ma connaissance, compatibles avec le standard Hayes.

Retour | Deore câble

Sommaire