@Vtt : Cannondale Jekyll

Jekyll 900 SX

En résumé

Il existe deux versions de Jekyll : les SL avec fourche Fatty (jusqu'à 80 mm de débattement) et les SX avec fourche Lefty (100 mm). Fini le "Free-Ride" : Cannondale, après avoir généralisé cette notion marketing en VTT, laisse cette dénomination pour SX (Super Cross). A propos de la Lefty, seule la DLR (air/huile) du 900 permet, outre la variation de la précontrainte à l'infini, d'être verrouillable, à l'inverse de la version M (ressort/élastomère) du 700.

Tous les Jekyll sont à géométrie variable (par rotation de l'amortisseur Fox Float dans une bague), ce qui permet de varier les angles de direction/selle de 1,5° (taille M et L), et jouer ainsi sur la stabilité ou la nervosité (ainsi que la garde au sol). Seul le Fox Float RC, sur les modèles haut de gamme - dont le 900SX - est verrouillable : en combinaison avec la Lefty DLR, on obtient alors un VTT rigide, ce qui s'avère très pratique en cas de passage sur le bitume ou dans un fort raidillon. Le 900SX reçoit également le bras oscillant CAAD4, plus léger de 300 grs (voir comparatif 900/700). La course arrière est annoncée à 120 mm (selon la précontrainte de l'amortisseur). Dernier point, à propos de la géométrie des Jekyll SX : l'angle de la fourche est variable en jouant sur la hauteur de celle-ci. Je vous laisse imaginer les combinaisons (lire article sur la Lefty).
En adoptant le haut de gamme des Jekyll (bras CAAD4 et Lefty), on oubliera à jamais les freins traditionnels : disk only.

En tout état de cause, il faut prévoir l'achat d'une pompe haute pression (pour les amortisseurs) et de pédales (cela dépend de votre revendeur). Pour les adeptes du compteur, c'est impossible à l'avant. La ruse est à l'arrière, avec fixation du socle sur une des vis porte accessoires (prévoir une vis à tête conique, type cale de pédale auto). On notera une roue libre [très] bruyante et des pneus Continental pas glop : bien que très légers (460 grs), il faut les réserver pour un terrain meuble, car pénibles sur bitume ou rocher... ou les faire changer. Enfin, le blocage de tige de selle est à BTR, comme à l'accoutumé sur ces engins haut de gamme... histoire de grignoter 3 grs et énerver les revendeurs !

Sur le terrain - Derniers commentaires (été 2000)

Les premières rotations, en mai, sur les pentes du Ventoux et des environs de Fontaine-de-Vaucluse (84), ont été très appréciables. Manifestement, les véhémentes critiques à l'encontre des freins à disque Coda Expert semblent très exagérés, car même non complètement rodés, ils m'ont donné une excellente impression. Le blocage des suspensions n'est pas une vue de l'esprit, lorsqu'on doit rejoindre les pistes par la route : plus aucun pompage (on ne touche pas aux réglages des suspensions). Rappelons qu'il est aisé d'annoncer qu'une suspension ne pompe pas quand on "balance" 15 bars dans l'amortisseur et qu'on oublie le SAG. En ce qui me concerne, je ne souhaite pas rouler sur ce genre de vélo... j'ai choisi un tout-suspendu (ou tout-mou) pour son confort et le surplus d'adhérence qu'il apporte.

Jekyll 900SX Tableau Cannondale
Cadre Jekyll avec bras oscillant CAAD 4
Fourche HeadShok Lefty DLR (voir article)
Amortisseur Fox Float RC réglage compression, détente (verrouillable)
Jantes CODA Expert Disc, 32 hole
Moyeux CODA Expert Disc
Rayons DT Competition, stainless steel, 1.8/1.6mm double-butted w/alloy nipples
Pneus Continental Explorer Pro, 26 x 2.10"
Pédales Sans
Pédalier CODA Expert EX3 Crankset
Chaîne 9-speed
K7 Shimano LX, 11-32
Boîtier de pédalier Shimano 105
Dérailleur AV Shimano LX
Dérailleur AR Shimano XT
Manettes Shimano LX
Cintre CODA Riser Handlebar
Potence CODA HeadShok
Jeu de direction CODA Headset
Freins CODA Expert Disc Brake
Leviers CODA Expert Disc
Selle CODA Expert Mountain Saddle
Tige de selle Kalloy SP-248
Couleur Jaune, marquage noir, fourche noire.
Tailles S, M, L, X
Poids 12,5 Kg avec pédales Time Atac Carbone

Week-end du 1er mai au Ventoux
En descente rapide, sur les pistes cailloux du Ventoux, le Jekyll s'est avéré un peu moins stable que mon ancien Super-V FR, mais le réglage de la fourche n'était pas optimum (problème d'embout de gonflage) et les pneus Continental étaient peu à l'aise sur ce type de terrain.

Session à Fontainebleau
Montage de pneumatiques IRC Mythos XC-K 1.95. L'engin est maniable, léger. Le blocage de la Lefty permet de passer plus facilement sur certaines "marches" : on évite ainsi le talonnage de la fourche qui ne renvoie pas assez vite, car réglée assez souple (je le répète, j'aime le confort !). Cette fourche est assurément la digne représentante de la HeadShok Moto FR, en terme de rigidité et de fonctionnement, avec 1 Kg de moins. Le réglage de la détente (molette rouge) est toutefois moins sensible et moins pratique. La transmission 9V se fait totalement oublier et la position (amortisseur en avant : angles couchés) est rassurante. Les freins répondent parfaitement. Il suffit de veiller à régler la plaquette fixe (côté roue) très près du disque, ce qui évite notamment le couinement. Ceci fait, on règle la course des leviers à l'aide d'une BTR 2 incrustée, puis la course effective des pistons avec une BTR 5. Une fois effectués, ces réglages assurent un fonctionnement progressif : le toucher est excellent et l'ergonomie des leviers rappelle les V-Brake XT (sans les égaler).

Week-end de l'Ascension
Sur les 32 km qui composent le circuit de Comblessac, pure tracé de XC (très peu de bitume et de piste) avec ses successions de raidillons, le Jekyll est en terre promise... il assure. Sa nervosité et la précision de son train avant transforment le parcours en plaisir. La transmission et le freinage se font oublier. Cependant, les habitués des leviers XT V-Brake (comme moi) seront, au début, surpris par la position des leviers Coda. En effet, on note un écart de 2 à 3 cm entre les extrémités levier/cintre. Cela vient du fait que les Shimano sont montés en déport intérieur et pas les Coda. Afin d'ouvrir l'angle des poignets, on déplacera vers l'intérieur les colliers de serrage (pas trop, car les shifters seront trop éloignés).

Week-end de la Pentecôte
Retour au mont Ventoux et dans les Dentelles de Montmirail. Montage d'un IRC Kujo DH 2.25 à l'arrière et d'un Tioga Psycho II à l'avant. Sur les parties caillouteuses, rapides, le Jekyll est assurément moins à l'aise qu'un Super-V. Le poids y est certainement pour quelque chose. Aussi, les jantes Coda Expert (donc Rigida Taurus) avouent leur limite sur ce genre de terrain. Elles ont souffert... car elles se destinent d'abord à la pratique du cross-country. Attention aux chocs importants, qui plieront les flancs et déclencheront des crevaisons intempestives, par pincement. Il est vrai qu'elles sont montées avec des rayons DT fin (1.6/1.8) avec têtes de rayon en Ergal, plus fragiles. Sinon, on est en présence d'une super machine, très maniable et nerveuse. En trialisant lent c'est un régal de précision, comme sur le single-track roulant et meuble qui termine le circuit du Col des Tempêtes (un long slalom entre les sapins). Le freinage est au Rendez-vous, n'en déplaise aux esprits grincheux (deux Jekyll 900SX en piste), même s'il pourrait être plus puissant. L'échauffement se manifeste, mais bien plus tard qu'un V-Brake XT sur jantes Mavic. Cela dit, les plaquettes d'origine sont tendres et s'usent rapidement sur ces pentes. Mais les versions "blue" sont dispos chez votre revendeur Cannondale, vraisemblablement plus mordantes et résistantes.

:-(

Eté 2000
Afin d'être le plus objectif possible, et sortir du "premier abord" (voire de l'aveuglement de la première rencontre), voici mes derniers commentaires.
Tout d'abord, j'ai eu pas mal de problèmes avec les roulements Coda, à l'arrière. Il a fallu trois changements pour arriver à quelque chose de correct. Cannondale est au courant, puisqu'ils ont informé les revendeurs que le fournisseur (italien) avait modifié la qualité des roulements sans préavis. Dommage, j'ai testé pour vous !
Cette mésaventure m'a permis de me rendre compte qu'il est assez pénible de dépendre, à ce point, d'un revendeur Cannondale, tant la spécificité des Jekyll est évidente (composants Coda à presque tous les étages, Lefty et amorto Fox spécial). A chacun d'apprécier l'importance de cette dépendance.

Le plus sonnant des bémols est, en fait, relatif au confort du Jekyll SX. Sur terrain "calme" (single track en sous bois, par exemple) il se comporte très bien, bien que - je me répète - l'amortissement à air est nettement moins progressifs et sensible sur petits chocs que les ressorts. En revanche, dès qu'on aborde des terrains cassants, avec un peu de pente, ça tabasse beaucoup [trop]. Même sur les pentes des montagnes du pays basque (terre meuble, pâturages et nids de poule), j'ai eu du mal à me sentir à l'aise. La polyvalence du Jekyll me semble donc remise en cause. Je pense que cet engin donnera le meilleur en XC ou "rando sportive", mais il ne faudra pas en attendre des miracles en "free-ride" (disons en descente trialisante). Il est vif et nerveux, mais pas assez stable et confortable pour être à l'aise partout. A l'inverse du Super-V FR, un peu lourd pour le XC mais dont la géométrie est plus à même d'envoyer dans les descentes.
Enfin, les freins à disque Coda Expert, dotés de plaquettes qui vont bien, sont effectivement progressifs mais pas assez puissants pour attaquer des pentes longues et cassantes, à moins de ne pas craindre les crampes aux doigts et l'irradiation des poignets et avant-bras... une fois encore, XC : oui ! DH : non !

Retour | Géométrie | Comparatif | Lefty | Réagir à cet article

Sommaire