@Vtt : frein à disque hydraulique Hayes

Dire que la réputation des Hayes - fabricant officiel pour Harley Davidson - n'est plus à faire est une évidence. Avec les Hope DH4, c'est le frein à disque préféré des descendeurs. Lire les derniers commentaires

Pourquoi ce plébiscite ? La conception de ces freins est assez simple. Elle repose sur l'utilisation de matériaux robustes, que ce soit les étriers en deux pièces d'alu, les gaines ultra rigides (composées notamment de Kevlar) ou les leviers rustiques, peu esthétiques, mais fonctionnels.

Les leviers

LevierIls reçoivent le maître cylindre et sont ergonomiques, malgré des arrêtes anguleuses (mais plus douces sur les modèles 2001). Leur garde est réglable aisément grâce à l'axe fileté qui actionne le piston : le levier comporte une "poulie" également filetée. On peut alors approcher le levier du cintre par rotation de cette vis (BTR Ø2), sans aucune influence sur la garde des plaquettes. Ce système simple n'est pourtant pas présent sur toutes les motos et encore moins sur tout les freins de VTT, alors qu'il est - à mon sens - indispensable.

systèmeLa version 2000 des Hayes a vu apparaître un collier de montage en deux parties : on peut démonter l'ensemble sans toucher au reste (shifter et grip). Pour la maintenance, c'est idéal !
J'ai acquis des étriers Shimano Deore à câble (testés ici) avec un levier Avid Ultimate doté d'un collier en deux parties également. En cas de pépin "grave", je peux changer les systèmes en moins de 30 mn. Attention toutefois aux deux vis (BTR Ø2) qui assemblent le collier, car elles sont fragiles : se munir d'une bonne clef (Facom par exemple).

On peut reprocher aux leviers de prendre rapidement du jeu (dû au système de garde réglable). Mais ça n'atteint pas un niveau rédhibitoire.

Les étriers

EtrierL'étrier Hayes est "fixe" : les deux pistons mobiles étant actionnés en même temps. Leur retour est commandé par un ressort. A l'inverse, un Magura Louise est "flottant" : il est doté d'un seul piston mobile et d'une plaquette fixe (Fig. 2B). On doit ajuster la plaquette fixe au plus près du disque et la mobile selon la garde souhaitée. Dès que les plaquettes s'usent, il faut réajuster ce réglage à la main. Il est indispensable d'avoir une clef BTR de Ø5 à portée de main.

Sur les Hayes, le rattrapage est automatique : les plaquettes sont censées maintenir la garde initiale... jusqu'à une certaine limite. En pratique, la garde fini par augmenter légèrement quand la garniture des plaquettes diminue. En principe, la garde des plaquettes n'est pas réglable. Mais en jouant sur la quantité d'huile à la purge, on peut ajuster celle-ci à son goût (pas aussi facilement qu'un Hope, qui dispose d'un bouton "on-the-fly" au levier). Mis à part un disque vraiment voilé, il n'y a pas de frottement parasite.

étriersLes étriers étant en deux parties on peut donc les démonter facilement en cas de grippage. Il faudra alors se munir d'un nouveau kit de joints (toriques), car le système fonctionne avec de l'huile de synthèse (DOT 3, 4 ou 5.1) très corrosive. Achetez cette huile en supermarché : il vous en coûtera ±30F pour 500 ml, soit de très nombreuses purges en perspective ! Le kit Hayes coûtant aux alentours de 50F, pour une seule purge, le calcul est vite fait. Il reste à acquérir une seringue en pharmacie (±30F), de la durit dans un magasin de modélisme (±30F le mètre), un petit récipient pour recueillir l'huile contaminée et trouver le petit embout réducteur qui se glisse dans le maître cylindre (le demander gentiment à votre revendeur, ou le fabriquer avec des embouts de laboratoire). Voilà un kit de purge pas cher et de bon goût ! Je laisse le soin de télécharger la doc technique (±450 Ko, PDF en français) pour réaliser la purge. C'est assez simple. Il faut surtout faire attention à ne pas trop serrer les vis de purges (clef plate de 8) des étriers. Leur extrémité est conique, sans joint. Pour faciliter la purge, ne pas hésiter à démonter l'étrier et déposer les plaquettes : le réglage est tellement simple qu'on aurait tort de se priver !

Réglages

Passons justement au réglage des étriers. Le standard de fixation Hayes est propriétaire (Postmount) : les étriers de fixent à l'aide de deux BTR Ø5 dans l'axe du cadre ou de la fourche, et non à la perpendiculaire comme le standard international. Il n'y a donc pas de rondelles d'adaptation car les œillets sont ovalisés, pour permettre à l'étrier de se déplacer de façon transversale. Il suffit de centrer le disque au milieu des plaquettes et de serrer les vis. Il suffirait même de dévisser, de freiner fort et de serrer (les plaquettes se déplaçant en même temps). Mais il vaut mieux ajuster le centrage à la main, afin d'éviter tout frottement du disque, le mouvement des pistons - avec le temps - n'étant pas parfaitement symétrique.

Ce système de fixation est vraisemblablement le plus fiable et le plus versatile, mais les lois du commerce en ont décidé autrement. Voyons maintenant ce standard...

Le standard Postmount

Côté cadre, à part Trek peu de constructeurs adoptent le standard Hayes arrière (étrier spécifique). A mon avis, il vaut mieux éviter ce dernier car propriétaire et inadaptable sur d'autres VTT (la majorité), même s'il est certainement le plus rigide du marché.

Côté fourches, seules les Manitou (Answer) peuvent recevoir directement les étriers Hayes avant. Mais cet étrier peut se monter, heureusement, sur la plupart des fourches et cadres du marché, grâce aux adaptateurs que Hayes a développé pour rester dans la course. Ouf !
Compter une centaine de francs et quelques grammes supplémentaires (±40) pour adapter les Hayes sur une fourche ou un cadre. Le jeu en vaut la chandelle...

Les adaptateurs au standard international

On ne peut mettre un disque de 8" que sur une fourche avec axe de Ø20 mm.
Sur le site Hayes : Correspondance adaptateurs (ancienne page) | Page technique

AV disque 6" AV disque 8" (QR20) AR disque 6" AR disque 8"

Avec Hayes c'est le bonheur !

C'est puissant - nettement plus qu'un couple V-Brake & sur [bonne] jante -, facile à régler (rarement) et robuste. La finition n'est pas la plus magique (moins qu'un Shimano ou un Hope), la couleur "bronzâtre" est discutable (maintenant en noir), mais le résultat est là ! Quelles que soient les conditions, le Hayes répond présent. Même sous la pluie, il en reste sous les pistons (c'est d'ailleurs l'atout majeur du disque).

Certains reprochent un toucher "brutal" : il n'en est rien. Voilà tout simplement un frein qui fonctionne à la hauteur des espérances. Il suffit juste de s'en accommoder ;-)
Côté plaquettes, l'usure est proportionnelle à la pratique est aux conditions (boue surtout). Je ne peux pas en dire plus pour l'instant. J'ai changé une fois les plaquettes arrière, après un passage au Ventoux. Il s'agissait des Fibrax, que je trouve un peu trop tendres. Les Promax (ayant adopté les plaquettes Hayes pour ses freins) peuvent être une bonne alternative aux Hayes, qui restent pour l'instant les meilleures.

Je ne peux que recommander ces freins, dont le poids peut même satisfaire un crosseur. La réserve de puissance n'en sera que plus grande. Il suffit de voir les catalogues des constructeurs (notamment Cannondale, Kona et Specialized) pour se rendre compte que ce frein, pourtant plus cher que beaucoup de concurrents, est aujourd'hui un must.

Ils sont encore vivants !

Avril 2002 : ils n'ont pas pris une ride. Freinage au top, constant, peu ou pas de maintenance (deux purges), deux jeux de plaquettes, quelques redressements de leviers sur étau... seul un jeu "fonctionnel" est sensible aux leviers, mais largement supportable. Deux ans après, je ne compte pas m'en séparer. Pire : je n'en veux pas d'autres ! S'il y a un best seller en matière de VTT, ce sera ces freins à disque, intemporels et imbattables (peut-être les Hope font aussi bien). D'ailleurs, Hayes ne se donne même pas la peine de les améliorer. Seule la couleur change au fil du temps ! Comme dit un commerçant que je connais bien : "mauvais pour le commerce ces freins...". N'hésitez pas et ne résistez pas au prosélytisme de cet article ;-)

Avril 2003 : pas de changement... Hayes est l'arme absolue au niveau robustesse.

Avril 2004 : deux disques neufs, changement des pivots de leviers et... ça roule !!!

Retour | Réagir à cet article | Vos réactions

Sommaire